Le premier jour du reste de ma vie de Virginie Grimaldi

Quand j’ai besoin de douceur et que je cherche du réconfort dans un livre, c’est auprès de Virginie Grimaldi que je me tourne. Je vais d’ailleurs devoir me trouver une ou un autre auteur doudou car j’arrive bientôt au terme de ce qu’a écrit l’auteure. Bref, vous l’aurez compris j’avais besoin de lire une belle histoire et cela a été le cas, sans aucun doute:

Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari: gâteaux, invités, décoration de l’appartement… Tout, y compris une surprise: à 40 ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris « un aller simple pour ailleurs ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin. Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière qui fait le tour du monde.
À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins. Au fil de leurs aventures, parfois déjantées, elles pleurent et rient ensemble, à la reconquête du bonheur. Leurs vies à toutes les trois vont être transformées par cet étonnant voyage.

C’est un roman qui prend le parti de la femme, Virginie Grimaldi met toujours en avant le dévouement et le sens de la famille de la gent féminine, ici elle nous raconte l’histoire de trois mères, filles ou épouses qui sont en souffrance et dont le besoin de faire une pause dans cette vie qui les malmène est primordial. Trois femmes différentes certes mais dont le point commun, le besoin de s’isoler pour tenter un nouveau départ, va les rassembler. De cette rencontre, l’auteure joue afin de faire comprendre la force de l’amitié et de l’écoute, mais l’amour et le couple ne sont pas pour autant dénigrés, cependant la qualité et l’authenticité de ces relations sont passées au crible. Ayant face à nous sur ce bateau des femmes fortes, il ne leur manquait plus que cette prise de recul pour faire le point et prendre les décisions nécessaires.

Toujours dans cette ambiance légère, qui est propre à l’auteure, j’ai navigué à travers le monde avec ce trio si opposé et pourtant si complémentaire. Cette histoire fait du bien, je peux vous le garantir, que l’on en dise ce que l’on veut, sortir de ce monde triste, violent et angoissant est nécessaire et Virginie Grimaldi y parvient à chaque fois.

Une croisière de trois mois pourrait être bénéfique à beaucoup, loin des réseaux sociaux et des informations toutes plus alarmistes les unes que les autres, j’avoue que je pourrais me laisser tenter et vous?

Mag

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s