C’est le coeur qui lâche en dernier de Margaret Atwood

Après avoir lu et beaucoup aimé La servante écarlate, je me suis tout d’abord empressée de regarder la série qui en était tiré, puis au fil de mes balades littéraires, j’ai eu envie de voir si la magie opérait avec un autre de ses romans. Voici le résumé:

Le nouveau chef-d’oeuvre de Margaret Atwood, l’auteure de La Servante écarlate.
Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Tous deux survivent grâce aux maigres pourboires que gagne Charmaine dans un bar sordide et se voient contraints de loger dans leur voiture… Aussi, lorsqu’ils découvrent à la télévision une publicité pour une ville qui leur promet un toit au-dessus de leurs têtes, ils signent sans réfléchir : ils n’ont plus rien à perdre.
À Consilience, chacun a un travail, avec la satisfaction d’oeuvrer pour la communauté, et une maison. Un mois sur deux. Le reste du temps, les habitants le passent en prison… où ils sont également logés et nourris ! Le bonheur. Mais le système veut que pendant leur absence, un autre couple s’installe chez eux avant d’être incarcéré à son tour. Et Stan tombe bientôt sur un mot qui va le rendre fou de désir pour celle qui se glisse entre ses draps quand lui n’y est pas :  » Je suis affamée de toi. « 
Avec C’est le coeur qui lâche en dernier, Margaret Atwood nous livre un roman aussi hilarant qu’inquiétant, une implacable satire de nos vices et travers qui nous enferment dans de viles obsessions quand le monde entier est en passe de disparaître.

C’est un avis partagé que je vais vous livrer, j’ai adoré le début de cette histoire, bien que l’on soit sur la même structure que La servante écarlate avec une nouvelle société créée par l’homme afin de parer ici aux soucis de sécurité et d’emploi, la magie a opéré. Ma curiosité était piquée, je voulais comprendre le concept de cette nouvelle vie qui était proposée à Charmaine et Stan, ce couple qui semblait heureux avant que les galères financières ne viennent s’en mêler, on leur offrait une nouvelle chance, un nouveau départ. La vie en alternance avait déjà été traité, en tout cas j’en ai l’impression, pourtant l’auteure a su créer une ambiance particulière et mettre en place de fortes interrogations dans l’esprit de notre jeune couple, ainsi que la mise en exergue de situations qui turlupinent de nombreux couples.

Les différents thèmes abordaient me plaisaient donc, cependant j’ai eu une impression de m’enliser dans un certaine forme d’ennui, je ne parvenais plus à me passionner pour cette histoire qui me semblait perdre tout son intérêt. La dernière partie de l’histoire, a davantage me concernant, été lue par obligation car j’avoue que je ne ressentais que l’envie de passer à autre chose. Tout cela est bien dommage car de nombreux thèmes de couple m’intéressaient fortement et j’aurai aimé qu’ils soient davantage exploités, tel que la lassitude et la prise de conscience du bonheur que l’on avait su créer, une fois celui-ci perdu au sein de son couple. A la place j’ai eu droit à des robots esclaves sexuels, des Elvis Presley, qui ont fini par me sortir par le nez et des complots dont je ne parvenais pas à comprendre l’intérêt.

Je suis quelque peu déçue de cette fin de lecture qui était terriblement prometteuse.

Mag

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s