Etés anglais d’Elizabeth Jane Howard

Voilà encore un roman qui me faisait de l’œil depuis un moment et qui était dans ma PAL depuis quelques temps déjà. Je suis plus que ravie d’avoir – enfin ! – pu le découvrir. Vous l’avez certainement vu passer… On dit qu’il est à l’origine de la série Downtown Abbey que je désire regarder aussi, mais que je n’ai jamais commencée (et maintenant, il va me falloir attendre que je termine la saga.).

Voici ce qu’en dit le site de l’éditeur :

Juillet 1937. À Home Place, au cœur du Sussex, jardiniers, femmes de chambre et cuisinière sont sur le pont. La Duche orchestre le ballet des domestiques avant l’arrivée de ses trois fils, Hugh, Edward et Rupert Cazalet, en chemin depuis Londres avec épouses, enfants et gouvernantes. Où dormira Clary, adolescente mal dans sa peau en plein conflit avec sa belle-mère ? Quelle robe portera Villy, ancienne ballerine désormais mère au foyer ? Polly, terrorisée à l’idée qu’une guerre éclate, s’entendra-t-elle avec sa cousine Louise qui rêve de devenir actrice ? Rachel, la seule fille de la Duche, trouvera-t-elle un moment pour ouvrir la précieuse lettre de son amie Sid ?
Non-dits, chamailleries, profonds chagrins… Aux préoccupations des adultes font écho les inquiétudes des enfants, et à la résilience des femmes, qu’elles soient épouses, fillettes ou domestiques, répond la toute-puissance – ou l’impuissance – des hommes. L’été regorge d’incertitudes mais, sans l’ombre d’un doute, une nouvelle guerre approche : entre pique-niques sur la plage et soirées auprès du gramophone, il faudra inventorier lits de camp et masques à gaz.

Ce roman m’a fait deux effets assez opposés. La mise en place est longue : la famille est nombreuse. Il ne se passe pas grand-chose dans la première partie. Pourtant, on ne s’ennuie pas, on savoure une espèce de tea-time toujours renouvelé, dans chaque cellule de la famille Cazalet. J’ai adoré cette ambiance so british, mais je me suis quand même rapidement demandé ce qui allait se passer, si le rythme allait s’intensifier, devenir moins contemplatif.

Et en effet, des brèches commencent à apparaître. Sous des apparences de famille unie, affectueuse, au sein de laquelle les membres travaillent ensemble, passent leurs vacances ensemble, partagent l’enseignement, les valeurs, la réalité de chaque individu est plus sournoise, parfois même bien plus vicieuse. Grâce à une narration qui nous fait suivre tour à tour chacun des habitants de la maison, des domestiques aux maîtres, en passant par les enfants, on surprend les secrets, les mensonges et les trahisons. Dès lors, le roman devient un véritable page-turner.

La guerre qui menace devient une espèce de reflet de la tempête qui s’abattra, aussi sûrement que la seconde guerre mondiale, sur cette dynastie Cazalet quand la vérité, parfois très sombre, éclatera.

Au-delà de cette narration très forte qui m’a rapidement happée, la grande force de la plume d’Elizabeth Jane Howard, c’est la peinture des personnages. Elle prend le temps de donner une épaisseur à chacun d’eux, qu’ils aient à peine dix ans, ou plus de soixante ; qu’ils soient les pères de famille ou les domestiques. Chaque personnage a un destin en construction et ce qui semble d’abord insignifiant, comme les querelles entre cousins, prend une certaine ampleur quand on les met en miroir des dissensions entre adultes. Il y est question d’amour, d’avenir, de jalousies, de rivalités, de transition (vers l’âge adulte, la vieillesse, vers une autre activité).

Aucun personnage n’est le fruit d’un cliché, tous sont riches. En apprenant à les connaître, on est choqués de certains défauts (horrifiés même pour l’un d’entre eux), touchés par certains désirs. L’autrice réussit avec brio à mettre du suspens dans un roman où l’on prépare plein de choses, mais où il ne se passe rien. J’ai adoré, vraiment ! Il me tarde de lire la suite. Père-Noël si tu passes par là… 😉

Priscilla

1 Comment

  1. Comme toi et même si l’action ne prime pas, je me suis laissé porté et guidé par la délicieuse plume de l’auteure. Tout comme je me suis attaché aux personnages et à cette famille.
    J’espère que tu découvriras la suite sous le sapin 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s