Les Fleurs sauvages de Holly Ringland

Ce livre est magnifique, pour tellement de raisons. Premièrement, je l’ai gagné lors d’un concours sur Facebook organisé par les éditions Mazarine, avec son superbe bouquet livré par Bloom & Wild. Deuxièmement, le livre est beau, et ça ne se limite pas à sa couverture.

Troisièmement, et c’est essentiel, l’histoire est absolument passionnante. Ne me demandez pas pourquoi, mais je m’attendais à un feel-good.

Voici la quatrième de couverture : Lorsqu’une tragédie change à jamais sa vie, la jeune Alice Hart, âgée de neuf ans, part vivre chez sa grand-mère qu’elle ne connaît pas. Quittant le bord de l’océan où elle a grandi, elle trouve refuge dans la ferme horticole de June, où celle-ci cultive des fleurs sauvages d’Australie. Au fil du temps, Alice oublie les démons du passé et apprend à perpétuer la tradition familiale en utilisant le langage des fleurs pour remplacer les mots lorsqu’ils se font trop douloureux. Mais l’histoire des Hart est hantée par de nombreux secrets que June cache à sa petite-fille. Une sorte de fatalité semble accabler les femmes de leur famille, aussi June préfère-t-elle tenir Alice à l’abri de la vérité, quitte à la tenir à distance de l’amour. Une fois adulte, révoltée par ce silence et trahie par celles qui lui sont le plus chères, Alice se rend compte qu’il y a des histoires que les fleurs seules ne peuvent raconter. Si elle veut être libre, elle doit partir et inventer l’histoire la plus importante de toutes : la sienne.

Il s’agit donc d’une histoire familiale : celle d’Alice, composée de sa maman, de son père et du bébé à venir, une histoire écrite avec l’eau de la mer, le nectar des fleurs, mais aussi avec le feu et avec le sang, une histoire qui s’achève brutalement, alors qu’Alice n’a que 9 ans. Recueillie par une grand-mère dont elle ignorait l’existence, l’héroïne va devoir composer avec une histoire intergénérationnelle, une histoire de femmes qu’elle sent lourde, mais dont on ne lui dit rien, pour la protéger (mais les mensonges et les secrets protègent-ils ? Ne protègent-ils pas davantage ceux qui les font que ceux à qui on les fait ?).

Les personnages, notamment ceux d’Alice, Sally, June, Twig, Candy, Lulu et Ruby sont riches, intéressants et bien construits. Chacune de ces femmes a une histoire douloureuse, dans laquelle les hommes jouent des rôles souvent cruels, dans laquelle l’amour est un piège dangereux. Bien sûr, et heureusement, certains personnages masculins relèvent le niveau, mais il faudra un long périple à Alice et à ses amies pour accorder de nouveau leur confiance à la gent masculine.

Ce roman, c’est donc aussi un roman d’apprentissage : quand l’image du père est altérée, quand la présence masculine est évincée, quand le premier amour est éloigné, comment se construire en tant que femme ? Alice doit connaître la vérité, doit faire ses propres erreurs et doit tout quitter pour enfin devenir.

Je ne me suis pas ennuyée un seul instant dans ce roman. On y trouve tellement d’émotions, on s’y pose tellement de questions… Et puis, on voyage aussi. On découvre des fleurs aux couleurs chatoyantes, des paysages fascinants qui donnent terriblement envie d’aller en Australie. J’espère, quant à moi, vous avoir terriblement donné envie de découvrir ce roman qui le mérite grandement !

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)

4 commentaires

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s