Le jour du diable de Andrew Michael Hurley aux éditions J’ai Lu

Classé dans la catégorie des thrillers, ce roman n’est pas du tout ce à quoi je m’attendais, c’est un roman surprenant où les croyances, les traditions et l’attachement à la terre de naissance ont un grand rôle.

C’est une narration du présent et de différentes strates du passé que nous propose l’auteur à travers la voix de John dont le grand-père surnommé « le vieux » vient de mourir. Voici la quatrième de couverture:

Il y a plus d’un siècle, dans les Endlands, le Diable s’est réveillé. Il a causé des ravages dans la vallée, décimant hommes et troupeaux. Alors, de génération en génération, les fermiers de ce coin perdu du nord de l’Angleterre lui tendent chaque année un piège, le jour de la transhumance, en l’attirant avec des vins et des chansons. Ce rituel est devenu une fête adorée des enfants. De retour au pays alors qu’il va lui-même devenir père, John Pentecost retrouve l’atmosphère empreinte de mystères et de superstitions de sa jeunesse.
Mais alors que le Jour du Diable approche, les incidents s’enchaînent et les vieilles rancœurs et légendes du passé s’exacerbent. Et si le Diable était de retour dans la vallée ?

  • Traduction (Anglais) : Santiago Artozqui

POLICIERS, THRILLERS

Paru le 09/09/2020

Ce livre m’a fait passé par des moments de sensations assez intenses, il a réveillé des peurs anciennes, des superstitions, des inquiétudes que je n’aurai pas pu imaginer en le débutant. La plume de l’auteur donne au texte une profondeur qui est intensifiée par l’ambiance qui devient de plus en plus pesante et parfois même angoissante. Le lecteur sent que quelque chose plane au dessus de ces landes, de cette ferme, de cette famille qu’il suit sur trois générations. Le diable, nommé également le malin, peut se manifester sous de nombreuses formes, est-il dans ces pages ou n’est-ce qu’une croyance que la famille Pentecost s’entête à mettre en avant afin de justifier les malheurs qui frappent et ont frappé les troupeaux et les hommes des Endlands.

Quelques moments bien inquiétants, je vous le disais plus haut, quelques lames glacées dans le dos, me concernant, quelques fois la suggestion, le doute qui plane, suffit à faire peur et à mettre en première ligne nos peurs les plus anciennes et les plus irrationnelles.

Un roman fort et profond où l’auteur ou peut-être est-ce le diable joue avec nous. Bonne lecture.

Mag

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s