H+ Tome 1-Transmutation de Célia Ibanez

Bonjour, aujourd’hui je vous parle d’un roman autoédité de Célia Ibanez qui m’a contactée sur Instagram afin que je découvre le 1er tome de sa série de romans de science-fiction.

En voici le résumé:

Vénus est une H.N.A- Humaine Non Améliorée- qui rêve de quitter sa banlieue défavorisée pour vivre à Solon, la capitale d’Allantys, à la pointe de la modernité. Mais comment trouver un emploi et envisager l’avenir sans moteur de recherche greffé dans le cerveau et sans puce d’identification ? Comment devenir riche et célèbre quand on est née en marge du système ? Quand elle apprend qu’elle est la grande gagnante d’un concours national sur plus de vingt mille candidats, son rêve prend forme : en acceptant les termes du contrat, et à la fin du processus d’hybridation, elle aura la chance de devenir un humain de huitième génération. Mais ira-telle au bout des modifications corporelles tant attendues ? Car une rencontre risque de bouleverser ses certitudes…

C’est un travail soigné que nous propose Célia, un vocabulaire adéquat et imagé, cependant de nombreuses sensations de déjà-vu ont rapidement gêné ma lecture, je ne suis pourtant pas une grande experte dans le domaine de la SF. Les êtres humains augmentés sont un sujet souvent abordés dans ce type de lecture, il allait donc falloir savoir tirer son épingle du jeu. Vénus veut réussir, elle veut devenir quelqu’un, être enfin un humain amélioré est la seule façon de parvenir à atteindre son objectif, il aurait été intéressant d’approfondir ce point de la vie de Vénus, d’en faire même pourquoi pas les point central en appuyant plus longuement sur la vie de celle-ci en tant que Humaine-non-améliorée. J’ai eu cette sensation qu’il manquait quelques chapitres au livre, ceux, qui justement auraient pu donner du corps à l’histoire et me faire ressentir de l’empathie pour Vénus.

Je ne suis, malgré les qualités certaines de la plume de l’auteure, pas séduite par l’idée, avec des sensations de Hunger Games mêlées à la SF pure et brute (peut-être un peu trop). Je m’attendais peut-être davantage à de la dystopie, je n’ai donc malheureusement pas été séduite et j’en suis désolée, car il est évident que l’intention est bonne, il faut dire qu’en lisant les avis sur les plateformes je semble être la seule qui n’est pas été séduite, je ne suis certainement pas le bon public pour ce livre, mais voilà je garde ma ligne de conduite et quand mon avis sur un livre est négatif, je le dis également.

Je vous laisse faire preuve de curiosité et découvrir vous même les romans de Célia Ibanez afin de vous en faire votre propre opinion.

Mag

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s