Voix d’extinction de Sophie Hénaff

C’est dans le cadre du Salon Les Visionnaires (à propos duquel j’ai écrit une petite présentation ici) que j’ai découvert avec plaisir ce roman de Sophie Hénaff. Je l’ai lu avec beaucoup d’attention et en prenant mon temps puisque j’aurai l’honneur de modérer un café d’auteur avec l’autrice demain après-midi sur le salon du livre digital.

Voici la quatrième de couverture :

2031. La plupart des grandes espèces animales sont en voie d’extinction. Face au péril, Martin, un généticien vétérinaire et Prix Nobel, alerte les chefs d’État de la planète réunis en conclave : il faut voter d’urgence un « Traité de protection de la Nature ». Mais les résistances sont fortes et Martin ne fait pas le poids.
C’est alors que Dieu a une idée géniale : envoyer sur Terre des animaux déguisés en humains pour plaider eux-mêmes leur cause et imposer le traité. Le gorille, la truie, le chien et la chatte sauront-ils faire illusion et se montrer aussi bêtes que les hommes ?
Dans ce suspense cocasse, l’autrice de 
Poulets grillés s’attaque à un sujet brûlant d’actualité : la disparition des espèces.

Ce qui m’a immédiatement interpelée dans ce résumé, c’est ce mélange annoncé du comique et d’un sujet grave et lourd, celui de l’extinction des espèces. Je dois dire que j’ai été plus que servie. On sourit sans cesse, on rit souvent, certaines scènes sont mêmes jubilatoires. Les animaux ont la forme des humains, les compétences des humains, mais ils ont gardé leur instinct et avec ces bêtes si proches de nous que le sont le chat, le chien, le gorille et le cochon, on imagine aisément le problème.

Que dire des humains qui sont tout aussi archétypaux ? On y rencontre le scientifique lunaire, mal à l’aise en public, l’égoïste et détestable lobbyiste, l’incorrigible chasseur et des chefs d’état très à cheval sur leurs désirs, mais très peu concernés par la planète.

Enfin, au-dessus de tout ce personnel, il y a le monde d’en-haut : Dieu, Noé et Gabriel (je ne veux pas trop en dire ici pour garder le suspens) sont jouissifs. Leurs caractères s’affrontent ou s’allient dans des scènes qui sont plus proches de notre quotidien que l’on pourrait s’y attendre.

Et pourtant, l’heure, pas si éloignée de nous que cela, est très grave. Si le roman nous pousse à réfléchir, il nous invite surtout à ressentir. Bien sûr, Sophie Hénaff a certainement dû faire des recherches, mais ce qui m’a fait vibrer, ce n’est pas tant l’aspect scientifique de la question, que nul n’ignore dans ses grandes lignes, que les sentiments des animaux face à leur disparition progressive. Devenir humains leur permet de voir leur situation avec plus de recul, en se rendant compte de ce qu’ils avaient, de ce qu’ils pourraient avoir et de ce dont on les prive pour… quoi ? L’argent !?

J’avoue avoir été émue par la truie et le gorille, victimes bien plus directes de cette menace d’extinction que les animaux domestiques, que les hommes continueront à protéger pour leur distraction… et à abandonner potentiellement ensuite, certes.

Je crois que la force de ce roman réside dans la caricature de tous les personnages. Si les animaux, dans ce texte, se mettent à la place des hommes, les lecteurs se mettent surtout à la place des animaux. Ce qui reste lointain, comme une menace réelle mais planante, devient dangereusement palpable.

Le rire semble reprendre toute sa fonction évoquée par Molière (Castigat ridendo mores) : le ridicule de ces hommes d’état ou de la finance, l’inadaptation des animaux, l’incompétence de Noé sont autant de prismes qui nous invitent à prendre conscience de tous ces petits riens qui nous ont conduits à ces extrémités.

J’ai hâte de discuter avec l’autrice demain et je vous republierai un article avec mes questions et ses réponses si cela vous intéresse.

Information importante : le roman est, entre temps, sorti en poche aux éditions du Livre de Poche, alors n’hésitez plus !

Priscilla

2 Comments

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s