Comme un oiseau dans les nuages de Sandrine Kad

C’est un très poétique roman jeunesse que nous propose les éditions Syros, un dialogue entre une grand-mère et sa petite fille, une discussion profonde et importante pour les deux femmes. En voici le résumé:

Que savons-nous des secrets qui nous lient à nos ancêtres ?
Anna-Mei, seize ans, tient de sa mère ses origines chinoise et taïwanaise. Elle n’a pourtant presque aucun souvenir de cette mère, morte peu après sa naissance. Lors d’un concours de piano vital pour elle, Anna-Mei s’effondre, victime d’une angoisse venue de très loin. Sa grand-mère maternelle va alors lui raconter l’histoire fascinante des femmes de leur famille, car il est temps que les secrets enfouis soient enfin révélés…

L’auteure a utilisé la période de confinement de 2020 afin d’établir des confidences nécessaires entre Anna-Mei et sa grand-mère, il faut dire que la jeune fille est dans une période difficile, elle inquiète tout le monde depuis son malaise et cette terrible angoisse qui la paralyse. Cette une jeune fille qui semble pourtant avoir un magnifique avenir de pianiste. Il est plus que temps de crever l’abcès, il est plus que temps de dire les choses d’un côté comme de l’autre, cette grand-mère hésitante va enfin établir le dialogue afin de livrer à Anna-Mei l’histoire des femmes de sa famille.

Nous allons donc au fil des chapitres et avec un alternance de points de vue entre les deux femmes, assister à une mise à nu de chacune, Anna-Mei et ses premières expériences, déceptions de l’adolescence et sa grand-père qui va parcourir le passé et leurs origines afin de livrer à sa descendance les lourds événements qui font leur histoire.

Cette période de confinement est un moment parfaitement choisi par l’auteure pour cet instant d’intime confession, tendre et émouvant, la possibilité d’enfin livrer ce que l’on garde souvent pour soi par pudeur et crainte. Nous découvrons les origines chinoises d’Anna-Mei et par conséquent la Chine sous Mao-Tsé-Taong, la place qui était faite à la femme, à l’art, aux dons et à la beauté. Une plume simple adaptée à la jeunesse mais un sujet de fond dont ce type de littérature est peu coutumier, un aspect de l’histoire peu évoqué et passionnant. Une lecture belle, juste et instructive.

Je suis souvent agréablement surprise par les parutions des éditions Syros et c’est de nouveau le cas avec ce roman sorti début janvier 2022 et que je peux que vous suggérer de lire et d’offrir.

Bonne lecture.

Mag

2 Comments

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s