Joséphine de Pénélope Bagieu

J’avais beaucoup aimé Culottées ! de Pénélope Bagieu, aussi étais-je vraiment impatiente de découvrir cette autre bande dessinée de l’autrice. La couverture était en outre plutôt amusante, alors je me suis laissé embarquer dans l’aventure.

Voici la quatrième de couverture :

Joséphine a « la trentaine », n’est pas mariée, n’a pas d’enfant, mais elle a un chat. Elle est blonde et menue (du haut en tout cas), et un jour elle se mettra au sport. Elle travaille dans un bureau avec plein de gens qui ne connaissent pas son nom, mais remarquent ses achats compulsifs. Elle se fait harceler par sa gardienne, ses parents ne sont vraiment pas des cadeaux, sa sœur parfaite lui donne des leçons de vie, mais heureusement il y a Rose et Cyril, ses meilleurs amis, toujours solidaires et attentifs à ses malheurs. Finalement, il ne lui manque pas grand-chose, à part peut-être l’homme idéal, pour pouvoir faire des courses pour deux, imaginer des soirées torrides et partir en week-end romantique. En attendant, elle pleure devant des films à l’eau de rose et suit une psychanalyse avec son esthéticienne !

Je crois que la quatrième de couverture dit absolument tout de l’ouvrage. Et je dois avouer que je n’ai pas aimé. On a déjà tout dit sur ces femmes célibataires après trente ans qui subissent la pression sociale de leur entourage. Joséphine a un petit côté Bridget Jones, en moins attachant.

Dans ce premier tome, Joséphine réunit tous les clichés : elle n’est pas à l’aise avec son corps, vit seule avec son chat, travaille dans une entreprise au sein de laquelle ses collègues ne se brident pas en termes de remarques désobligeantes, se dit volontairement célibataire mais passe ses soirées sur Meetic, ne tombe que sur des hommes lâches qui ne veulent pas s’engager et voit autour d’elle, toutes ses copines se mettre en couple et penser à fonder une famille.

Il n’y a rien de neuf ici. J’ai bien souri parfois mais c’est tout ! Les saynètes sont limitées à une page, ce qui nuit également à l’approfondissement de l’intrigue ou de la personnalité de la jeune femme. Peut-être faudrait-il lire les tomes suivants pour en découvrir davantage et s’attacher à l’héroïne, mais je n’en ai pas envie. La lecture de cette bande dessinée n’a pas été une corvée bien sûr, mais cela ne m’a rien apporté. Tant pis…

Priscilla

4 Comments

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s