Les derniers jours de Stefan Zweig de Laurent Seksik

J’ai découvert Stefan Zweig il y a peu de temps finalement et je suis tombée sous le charme de sa plume poétique, de ses histoires sombres, de ses analyses des sentiments. C’est un monde dans lequel je me plonge avec délectation. Aussi me suis-je précipitée sur l’édition J’ai lu du roman de Laurent Seksik (dont j’avais aussi beaucoup apprécié le roman Un fils obéissant), Les derniers jours de Stefan Zweig.

Voici la quatrième de couverture :

Le 22 février 1942, en exil au Brésil, Stefan Zweig et sa femme Lotte mettent fin à leurs jours, dans un geste désespéré, mûri au cœur de la tourmente. Des fastes de Vienne à l’appel des ténèbres, ce roman restitue les six derniers mois du grand humaniste devenu paria et de son épouse. Deux êtres emportés par l’épouvante de la guerre : Lotte, éprise jusqu’au sacrifice ultime, et Stefan Zweig, inconsolable témoin du « monde d’hier ».

Dans ce court texte, l’auteur imagine, en s’appuyant sur de nombreux documents authentiques, ce qu’ont pu être les derniers mois de M. et Mme Zweig, expatriés au Brésil pour fuir la tyrannie nazie. On y découvre un homme fatigué, désabusé et qui se trouve lâche de fuir face au monstre inébranlable. Abattu par la montée du nazisme en Allemagne, par l’Anschluss, par l’absence de réaction en Europe et dans le monde, avant même de savoir le sort réservé aux juifs, Stefan Zweig et Lotte ont quitté Vienne pour Londres, puis l’Europe pour New York et enfin New York pour le Brésil, espérant trouver là-bas un peu de quiétude et de sédentarité.

Au-delà de la tourmente mondiale, au-delà de l’holocauste, dont ils ne sont pas pleinement conscients, c’est l’effondrement du « monde d’hier » qui atteint Zweig et Lotte à un point tel que l’écrivain ne veut plus se battre, il veut juste qu’on l’oublie. Il ne sera pas un résistant, et très vite il décide qu’il ne sera même pas un survivant.

A côté de lui, main dans la main, pour le meilleur et surtout pour le pire, il y a Lotte de vingt ans sa cadette, la deuxième épouse, celle de la fin. L’auteur fait alterner les pensées de l’époux et de l’épouse et j’ai été très touchée par la destinée et l’amour de Lotte. D’abord simple admiratrice de l’homme de lettres, elle est rapidement devenue l’épouse. Trop rapidement pour penser qu’elle a mérité ce « grade ». Elle passera, la malheureuse, les six derniers mois de sa vie à se demander si l’ex-femme n’est pas toujours la plus importante, si son mari l’aime, s’il la regarde, si elle aura un enfant. Une perspective d’avenir…dans un homme qui ne fait que regarder et ressasser le passé. De crises de jalousie en résilience, d’espoirs fous en résignation, du carnaval de Rio à la fiole de poison, Lotte comprendra qu’elle n’aura peut-être jamais le premier rôle mais qu’il est encore possible d’obtenir l’ultime.

C’est un texte d’une grande beauté, vraiment. Il ne s’y passe évidemment pas grand-chose, si ce n’est que le monde, en guerre, continue de tourner autour d’eux et qu’ils l’apprennent, mais les mots sont touchants, poétiques. J’y ai retrouvé, et c’est un immense compliment à Laurent Seksik, la « touche Zweig » : dans la description du monde d’hier, dans les tourments de Lotte, dans les souffrances de l’écrivain, dans la peinture de la vie de l’époque. Je n’ai qu’une envie, à l’issue de cette très belle lecture, me replonger dans les textes de Zweig que je ne connais pas encore et que visiblement Laurent Seksik maitrise parfaitement. C’est une vraie réussite !

Priscilla

4 commentaires

    1. Ravie de t’avoir donné envie. Attention toutefois, il ne s’agit que de la fin de sa vie, pas celle où il a été le plus heureux et le plus insouciant… Mais c’est hyper intéressant.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s