L’Arbre des Souhaits d’Agathe Dartigolles

Cette fois, ça y est, avec cet opus, L’Arbre des Souhaits, Agathe Dartigolles met un point final à l’histoire de Capucine, ses deux grands-mères Léonie et Octavie et tous ses proches. J’avais beaucoup aimé La Terre des Secrets et La Vigne des Mystères (dont vous pourrez retrouver mes chroniques en cliquant sur les photos) et j’ai retrouvé ce plaisir de lecture avec ce dernier roman.

Voici la quatrième de couverture :

Alors qu’ils célèbrent la fin des travaux du Château de l’Ange et qu’ils sont enfin réunis après de nombreuses péripéties, Capucine, Augustin, David, Pierrick, Alicia et Simon dégustent une bouteille de leur prestigieuse « Vigne des Mystères ». Et pas n’importe laquelle…elle date de 1950, la première année de production ! Une petite fête qui aurait été tout à fait réussie si la bouteille n’avait pas été empoisonnée… Par qui ? Pour quelle raison ? Décidément, Saint-Pierre-des-Bois et ses habitants n’ont pas encore livré tous leurs secrets.

L’autrice parvient à nous surprendre dans la construction de ce roman. A une situation apparemment stable vient se superposer une deuxième temporalité, celle des lettres trouvées par des inconnus, dans un endroit non identifié. La troisième époque arrive, elle aussi rapidement, puisque l’on passe sous silence les raisons de la violente dispute entre David et son père.

Empoisonnement, lettres de menace d’un corbeau, colère entre père et fils, soupçons entre une branche familiale et une autre… Capucine va devoir, encore une fois, faire preuve de confiance, de bienveillance et de calme pour démêler toute cette histoire sans risquer de brouille supplémentaire au sein de cette famille originale, dont l’arbre généalogique tortueux ne fait que s’élargir.

On s’en doute assez tôt en comprenant que le cru empoisonné date de 1950 et que quelqu’un, quelque part, lit des lettres datant des années 1930 à 1980 : tout est lié – encore ! – aux ancêtres. On a beau dire, les anciennes générations ne sont pas plus calmes que les jeunes… Je ne peux pas vous en dire plus, ça ôterait tout le sel du roman. Mais je peux vous affirmer que vous ne vous attendrez pas à la vérité.

Parallèlement à la progression de l’enquête, ce sont les liens entre les membres de la famille qui maintiennent l’intérêt du lecteur. Alicia et Pierrick, les cousins découverts sur le tard, ne se sentent pas encore vraiment intégrés à la famille ; David devient l’amoureux éperdu ; Augustin reste fidèle à lui-même ; Léonie perd peu à peu la tête et mélange les époques, conférant à l’ensemble du roman un goût de fin de saga ; Octavie est toujours aussi originale et désagréable…personnellement, je l’adore !

Comme toute série qui se termine, L’Arbre des Souhaits me laisse un arrière-goût de tristesse, mais surtout beaucoup de jolis souvenirs auprès de cette famille que j’ai parfois eu du mal à suivre mais que j’ai toujours trouvée attachante…

Priscilla

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s