La dernière balade de Jean Towsend de Fred Vermorel

Tout le monde connaît ou a entendu parler du Dahlia noir, cette jeune femme dont le crime violent a fait la une des journaux aux Etats-Unis à la fin des années 40, c’est une histoire assez similaire qui nous occupe ici, elle crée en tous cas un véritable déchainement de passion elle aussi. Nous sommes cette fois en 1954 à Londres, Jean Mary Towsend est retrouvée morte dans un terrain vague, Fred Vermorel, qui est très jeune à l’époque et dont la grande curiosité le pousse à s’intéresser à cette affaire, va durant de longues années, être obsédé par le meurtre de cette femme. Au fil des ans, il mènera sa propre enquête dont il nous livre, à travers les quelques 450 pages de cette lecture, le contenu et peut-être la résolution de ce crime.  

L’auteur commence sa narration par les faits tels qu’ils ont eu lieu, la découverte du corps et les circonstances de la mort. Puis nous apprenons petit à petit à découvrir la personnalité et le milieu dans lequel évoluait Jean Towsend, Fred Vermorel fouille profondément et ne se contente pas d’une enquête de surface, on ressent cette passion pour l’affaire. Il faut avouer que l’on peut par moments s’y perdre car les protagonistes qui gravitaient dans l’entourage de la victime sont nombreux, et Fred Vermorel revient en détails sur la vie de beaucoup d’entre eux, peut-être quelquesfois trop, ce qui crée la sensation de s’éloigner du sujet qui nous occupe. 

C’est un format intéressant qui nous est proposé, les témoignages se mêlent et viennent étayer les découvertes de l’auteur au gré de son enquête, il fouille et nous révèle des faits et des anecdotes qui n’avaient semble-t-il pas fuités dans la presse. Les documents d’époque donnent du corps à la lecture, le lecteur s’immerge dans cette Angleterre des années 50, on aperçoit les liens qui entrelacent les différents milieux plus ou moins criminels et dont les mœurs choquaient la société Londonienne. On surprend la face cachée de proches de la victime, ce côté obscur qui les rend tour à tour fascinants ou détestables, des mystères refont surface concernant l’enquête et la manière dont elle a été menée, mais les secrets finissent toujours par remonter un jour à la surface.  

C’est donc une lecture innovante me concernant, j’y ai découvert cette affaire dont je n’avais jamais entendu parler, je me suis prise au jeu de l’enquête et de la rencontre avec le milieu dans lequel évoluait Jean Towsend. Le côté obsessionnel de cette affaire pour l’auteur ne pouvait qu’attirer ma curiosité et mon envie de comprendre les raisons de cet acharnement à découvrir la vérité. 

Merci à Lecteur.com ainsi qu’aux éditions Sonatine pour cette découverte. 

3 commentaires

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s