Chanson douce de Leïla Slimani

Ce livre revenait souvent dans mes discussions littéraires, qu’elles soient réelles ou virtuelles, il était temps que je le découvre ainsi que la plume de l’auteure dont j’ai tant entendu parler. Bien entendu c’est une terrible histoire que celle de ces enfants, de cette famille et de cette nounou. Sans révéler l’issue du roman, qui est d’ailleurs donnée dès la première page, il est difficile de ne pas haïr cette femme qui s’est pourtant rendue si nécessaire. J’ai compris la détresse de chacun, que ce soit celle de ce couple de parents qui malgré leur rôle envers leurs enfants aient ce besoin d’exister et de s’épanouir. Quelle meilleure solution que cette perle de femme qui petit à petit prend de plus en plus de place dans leur vie ?

Voici le résumé:

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.
À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture.
Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

J’ai aussi compris le désespoir qui s’immisce petit à petit dans l’esprit de Louise, cette femme qui n’a rien ni personne, dont le seul ami est son dévouement aux autres, son envie d’appartenance. Quoiqu’on en pense et même si son attitude est impardonnable, tout n’est finalement qu’histoire de souffrance, de douleurs et de solitude.

Un roman fort, moins émouvant que ce que j’avais imaginé mais dont le raisonnement et la construction m’ont passionné d’un bout à l’autre. Je n’ai lu aucun avis final, je ne connaissais que le contexte de l’histoire, ce qui m’a permis de me faire ma propre opinion, sans l’influence de la presse ou de chroniqueurs et de blogueurs. Le point fort de ce livre est sa construction, le suspense qui s’installe, cette tension, cette dérive, une noirceur qui au fil des pages gagnent du terrain et finit par tout envahir.

C’est donc à mon tour de livrer mon avis, que vous lirez peut-être ou pas. Je ressors de cette lecture avec un léger manque, une petite dose d’émotion supplémentaire, aurait à mon goût, fait de ce roman une grande lecture. Il me faut à présent découvrir l’adaptation cinématographique afin que mon opinion soit complète.

Mag

1 commentaire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s