Throwback Thursday Livresque n°97 – M comme…

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram, Bettie du blog Bettie Rose Books a pris l’initiative d’en faire un rendez-vous livresque en 2016. Le but est de parler chaque jeudi d’un livre « ancien » de notre bibliothèque en fonction d’un thème donné. Bettie a passé le flambeau, désormais le récap’ des liens se fait sur le blog my-bOoks.com. Venez y participer.

Thème du 11 mars : M comme…

Pour ce thème alphabétique, j’ai choisi de vous parler non pas d’un roman, mais d’un auteur, enfin…d’une autrice (après tout, c’est #marsauféminin en ce moment, non ?) dont j’ai A-DO-RE les deux romans : Madeline Miller.

Je ne les ai pas découverts dans l’ordre de leur sortie, mais ce n’est pas très important. Je vais néanmoins vous les représenter en respectant la chronologie. Mais d’abord, un petit débrief sur leurs points communs. Il s’agit de réécritures d’épisodes de la mythologie grecque, mais avec un point de vue très novateur et, de ce fait, très riche. Ce sont des personnages secondaires dans les récits originels qui deviennent ici les hérauts de l’histoire, porteurs donc d’une nouvelle vision des événements et surtout d’une personnalité qu’on ne leur connaissait pas

Le Chant d’Achille est un petit bijou. Le roman raconte la relation fusionnelle entre Achille et Patrocle, de leur rencontre alors qu’ils étaient très jeunes, à leurs aventures et leur décès lors de la Guerre de Troie. Amour, secrets de famille, sang, fierté, tous les thèmes de l’Iliade sont présents mais présentés par Patrocle, ils prennent une autre couleur. L’histoire n’en prend qu’une dimension plus grandiose, en même temps que plus humaine et la peinture d’Achille le rend bien plus humain que ne l’avait fait Homère. Vous retrouverez ma chronique complète ici : Le Chant d’Achille de Madeline Miller

Le second roman, Circé, est tout aussi envoûtant. Cette fois, l’autrice part d’un personnage de l’Odyssée, amoureuse d’Ulysse mais peu humaine, encore une fois, dans les mots d’Homère. L’épisode d’Ulysse ne concerne plus que quelques chapitres et c’est toute l’histoire de cette femme, ni déesse, ni sorcière, ni humaine, qui nous est offerte. On y découvre ses conflits avec son père, avec ses pairs, dont la terrible Scylla, mais on lui confère également un « après Ulysse » qui est tout simplement passionnant. C’est, cette fois, une histoire de femme, une odyssée féminine qui m’a tout enchantée. Vous retrouverez ma chronique complète ici : Circé de Madeline Miller

Priscilla

11 commentaires

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s