Les Hauts et les Bas de Valeria d’Elisabet Benavent

Quand on a eu une semaine difficile, qui vient conclure une période tout aussi…délicate si l’on veut rester poli, rien de tel qu’un week-end en compagnie des copines…de la littérature bien sûr, par respect pour le protocole sanitaire et le couvre-feu… Je remercie donc chaleureusement Mylène des Editions de l’Archipel pour m’avoir offert ces quelques heures d’évasion nécessaires !

Nous retrouvons avec un plaisir non dissimulé Valeria et ses trois copines pour une période charnière. Val a rejeté Victor, son ego masculin en a pris un coup et il a préféré faire de leur idylle naissante un vague plan régulier. Evidemment, on ne peut pas passer à cela après une telle passion, c’est donc sans surprise que nos deux amants foncent droit dans le mur. Valeria doit apprendre à vivre sans lui, sans homme, sans drame. Mais le peut-elle ? Et lui ? Le veut-il ?

Carmen nage dans un bonheur sans tache à l’approche de son mariage avec Barto. Néréa décide de changer de vie, il lui faudra beaucoup de courage, mais quelle réussite. Quant à Lola, sûrement mon personnage préféré après Valeria, c’est la vie qui la fait changer, et il lui faudra du temps pour l’accepter.

Ce tome, c’est celui de l’entrée à l’âge adulte… Paradoxal quand on sait que nos héroïnes ont la trentaine, mais c’est ce que j’ai ressenti. Contrairement au tome 2, nos quatre amies ne laisseront plus de place au doute, elles vont agir, parfois à leurs dépens. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que ça bouge !

Pour la première fois, j’ai eu envie de secouer Valeria, je ne suis tellement pas en accord avec ce qu’elle fait, avec ce dont elle se convainc. Pour moi, c’est Victor, évidemment. Mais peut-être est-il nécessaire de faire des erreurs, peut-être est-il logique de ne pas quitter l’homme de sa vie, pour se retrouver dans les bras et dans la vie du deuxième. Valeria apprend à se connaître à travers ses choix, à travers les rencontres, les espoirs et les craintes qui jalonnent sa vie de jeune célibataire.

On sent que le rythme va différer avec le dernier tome, que j’ai hâte de lire autant que je le redoute (et oui, toutes les bonnes choses ont une fin !). Le mariage, l’amour, les décisions définitives viennent clore cet opus et l’on peut déjà imaginer ce que tout cela va engendrer comme changements dans la vie de nos quatre Madrilènes préférées.

Encore une fois, j’ai souri, j’ai ri, j’ai été émue par ces tranches de vie si proches des nôtres. Ce roman, je l’ai dévoré à la même vitesse que les précédents et je crois que c’est celui que j’ai préféré. Il y avait une tension, je voulais connaître la fin, absolument !

Bien sûr, il y a quelque chose de futile avec ce type de littérature quand on pense à tout ce qui se passe autour de nous, mais je crois que parfois, il faut admettre qu’on a besoin de s’échapper de cette réalité morose et morbide. Alors, avec le couvre-feu, je ne peux pas vous proposer grand-chose de plus efficace qu’une soirée à Madrid… Le voyage vous tente ?

Priscilla

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s