L’enfant loup de Jean-Frédéric Vernier Ateliers Henry Dougier

Roman reçu des éditions Ateliers Henry Dougier, L’enfant loup est un livre atypique. Entre conte et roman fantastique, difficile de se positionner, il se lit comme un récit, parfois angoissant, parfois émouvant, parfois dérangeant.

Adrien nous raconte cette période où à neuf ans, sa mère et lui ont quitté Lille suite à la mort de leur père et mari, on en sait peu, on devine, on imagine au fil de la narration de l’enfant les conditions de cette brutale séparation. Une mère perdue et en souffrance, les souvenirs d’ Adrien sont flous, s’y mêlent certainement de l’imaginaire. Il est tout au long de cette lecture, difficile de savoir le vrai du faux, le pourquoi du comment, mais on comprend que l’enfant à besoin de cette histoire, qu’elle soit réelle ou chimérique, afin de guérir et de passer à autre chose. On est durant près de 200 pages dans le cerveau d’un garçon de neuf anas, avec ses colères, ses émotions, ses frustrations et sa solitude face à la mort et au deuil.

Ces émotions, ces sensations et ces impressions qu’il a ressenti à neuf ans, sont encore présentes dans son esprit d’adulte, alors qu’il est mari et père à son tour. Encore plus difficile de savoir quelle est la part de véracité dans tout cela, mais une certitude demeure: il a rencontré le loup blanc…

Voici la quatrième de couverture:

wp-1596547336473.jpg

« Chaque nuit, je sortis plus longtemps que la nuit précédente. Un cri de bête, âpre, émouvant, me fit tourner la tête vers une colline gorgée de soleil. Je crus discerner une silhouette sur la colline. Ses contours se précisèrent. Il s’agissait d’un loup, dont la fourrure, plus blanche que neige, m’aveuglait. » Hiver 1966. Adrien et sa mère s’exilent aux confins du Bourbonnais. Déscolarisé, isolé avec une mère de plus en plus lointaine, l’enfant aspire à se raccrocher à quelque chose, à quelqu’un. Près du bois des « Morts-Vivants », un grand loup blanc rôde alentour et va se lier avec le garçon… Et si derrière ce conte contemporain se cachait un drame familial tristement ordinaire ?

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s