Texto de Dmitry Glukhovsky

Vous pensez ne pas connaître cet écrivain? Vous en avez pourtant certainement entendu parler car il est l’auteur de la trilogie Metro 2033, Métro 2034, Métro 2035.

J’étais donc partie dans l’optique de lire cette fameuse trilogie que j’ai vu apparaître à de nombreuses reprises sur la blogosphère, le premier tome étant indisponible, je me suis donc rabattue sur ce roman, dont voici la quatrième de couverture:

Moscou, novembre 2016. Ilya Lvovitch rentre de détention dans un camp en Sibérie. Confronté à la mort de sa mère et à un monde qu’il ne reconnaît plus, il tue, la nuit même de son retour, l’officier véreux qui, sept ans plus tôt, l’avait piégé par simple mesquinerie, et récupère son téléphone portable. Il n’a plus alors qu’une seule idée en tête : repousser l’échéance de sa mort pour avoir le temps d’offrir une sépulture décente à sa mère. Une seule solution : piocher dans le téléphone les bribes de la vie du policier pour faire croire qu’il est toujours en vie. Commence alors pour Ilya une partie d’échecs simultanée et une plongée dans les tréfonds de l’âme de celui qu’il hait.

wp-1597405315772.jpg

Dmitry Glukhovsky sait nous tenir en haleine, nous plonger peu à peu dans cette Russie déchirée entre tout-puissants et pauvres types, corrompus et innocents. Libération.

Un écho contemporain à Crime et châtiment de Dostoïevski. Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Traduit du russe par Denis E. Savine.

Ilya injustement a été emprisonné, alors qu’il sort de 7 années de captivité son monde s’est écroulé, sa mère morte, sa compagne à refait sa vie et ses amis ne sont plus que des connaissances. Qu’a t-il encore à perdre, est-il juste que cet officier qui lui a pris sa liberté, sa vie, continue à vivre comme si de rien n’était? Une nuit Ilya tranche sur ces questions et tue cet officier de police, il garde son téléphone et y découvre une vie toute entière, mais aussi des magouilles, des erreurs, des trahisons. Durant plusieurs jours il va vivre par écran interposé la vie d’un autre, confronté à l’inquiétude et l’amour des proches de ce presque inconnu. Nous vivons une époque où le smartphone contient tout ce qui est nécessaire pour connaitre la vie et l’intimité de quelqu’un, à coup de photos, de sms, de vidéos et de réseaux sociaux, impossible de ne pas être à nu en cas de perte de ce petit objet.

Ilya, par revanche ou par volonté d’une vie meilleure, va s’immiscer sans aucune pudeur dans la vie personnelle d’un homme dont il ne connaissait rien sauf le nom. A travers ce roman dont l’aspect psychologique est très intense, l’auteur nous emmène dans un Moscou triste, ou la vie est hors de prix. A travers sa solitude presque palpable, Ilya embarque le lecteur dans sa vie, dont la morosité en devient gênante et presque dérangeante, on comprends sans soucis sa volonté d’évasion et d’ailleurs. 

Un roman au rythme malgré tout assez irrégulier, le temps passé à chercher et à inspecter les fichiers de ce téléphone ont, à mon goût trainé en longueur. L’ensemble reste un bon roman dont la qualité d’écriture, immerge rapidement le lecteur dans un univers dont je dois avouer, j’ai pris grand plaisir à sortir tant il est noir et parfois même poisseux. 

Mag

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s