Circé de Madeline Miller

Une fois de plus, je vais cruellement manquer d’originalité en vous parlant de Circé de Madeline Miller et en vous disant que c’est un coup de cœur…encore (on ne va pas s’en plaindre !)

IMG_20200326_210933

L’objet-livre est déjà magnifique en lui-même et attire l’œil, mais ce n’est pas son seul atout. Je vous laisse découvrir la quatrième de couverture et je vous donne mon avis ensuite.

Fruit des amours d’un dieu et d’une mortelle, Circé la nymphe grandit parmi les divinités de l’Olympe. Mais son caractère étonne. Détonne. On la dit sorcière, parce qu’elle aime changer les choses. Plus humaine que céleste, parce qu’elle est sensible. En l’exilant sur une île déserte, comme le fut jadis Prométhée pour avoir trop aimé les hommes, ses pairs ne lui ont-ils pas plutôt rendu service ? Là, l’immortelle peut choisir qui elle est. Demi-déesse, certes, mais femme avant tout. Puissante, libre, amoureuse…

Je suis encore sous le charme de cette histoire qui mêle une connaissance fine de la mythologie antique, bien sûr, mais aussi, une grande maîtrise des ficelles du roman d’aventures. De ma fascination pour ces mythes polythéistes, j’ai retrouvé avec plaisir des personnages comme Hélios, Pasiphaé, Minos, le Minotaure, Ariane, Scylla, Ulysse bien sûr, Pénélope, Télémaque, Hermès, Athéna, Jason, Médée et tant d’autres, qui jouent auprès de Circé des rôles plus ou moins importants, certains fonctionnant simplement des clins d’yeux à d’autres histoires mythiques, mais tous ancrés de manière cohérente dans l’économie du récit.

Ce qui rend ce récit absolument passionnant, c’est que justement ici il ne s’agit pas d’histoires ajoutées les unes aux autres. On découvre la personnalité de ces êtres fabuleux, sombres ou lumineux, simples ou (souvent) multiples : les erreurs, l’enfance, les rencontres qui ont déterminé leurs terribles destins. Comme des personnages de roman, vraiment !

Du roman d’aventures, on renoue avec enchantement avec les voyages, les dangers, les monstres, les trahisons, les exils, les punitions, les tortures, les amitiés, les amours… Certaines figures glacent le sang : Pasiphaé, Hélios, Athéna ; d’autres charment comme Télémaque, Ariane ; la plupart intriguent parce qu’on ne sait pas trop comment les juger, et c’est ce qui fait le sel de l’œuvre.

Parce qu’au-delà d’une aventure construite sur une base mythologique, Circé est un roman d’apprentissage, un roman psychologique qui nous fait réfléchir sur la différence avec ses pairs, sur les bienfaits de la solitude, sur la passion, la persévérance, sur la famille et sur la femme. Car Circé, dans l’Odyssée simple rencontre d’Ulysse qui, certes, a le pouvoir de changer son équipage en pourceaux et de garder le héros longtemps de son plein gré, devient une véritable héroïne, une femme, dont on ne peut définir pleinement la nature, et qui doit conquérir un statut, auprès des divinités mais surtout dans sa propre conscience. En étant successivement la fille dont on a honte, la sœur qui protège, le faire-valoir, la pestiférée, puis la sorcière, l’objet de désirs masculins, et enfin la mère, Circé parviendra à devenir une femme, celle qu’elle veut. Elle n’est pas irréprochable et elle vit avec la conscience de ce qu’elle a été, de ce qu’elle a fait et de ce qu’elle aurait pu devenir si elle n’avait pas croisé certaines personnes à certains moments. C’est en cela un roman profondément féministe et moderne sans être un pamphlet, ce qui constitue une force.

Et il n’y a pas qu’elle, de nombreux personnages, présentés habituellement comme des héros ou comme des monstres, sont éclairés d’un jour nouveau. Je pense notamment à Ulysse, dont j’ai beaucoup apprécié le récit de sa fin ; à Médée, que l’on voit embarquer pour sa destinée bien sombre sans qu’elle-même en ait conscience ; à Pénélope qui, elle aussi, prend une consistance autre que d’être celle qui tisse et qui attend…

Vous l’aurez compris, j’ai tout simplement adoré cette nouvelle odyssée féministe qui saura conquérir autant les fans de mythologie que les néophytes que cela intrigue un peu. N’hésitez pas à découvrir ce roman, c’est un voyage enchanteur !

Priscilla

13 commentaires

  1. Je suis en train de le lire et je ne peux qu’adhérer ! On tourne les pages les unes après les autres sans s’arrêter. C’est un délice de lire ce roman. L’écriture est si bonne, si fine, que l’on s’y croirait presque !
    Définitivement un livre à recommander *o*

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s