Mort d’un sénateur de Pascal Chabaud

Mort d’un sénateur est un roman proposé aux éditions De Borée Marge Noire véritablement différent de mes lectures courantes, il mêle histoire et enquête policière. Nous nous situons dans les jours qui ont suivi la signature de l’armistice de 1940, un contexte particulier où Joseph Dumont.va devoir enquêter sur le meurtre du sénateur Ferrand, qui n’est autre qu’un Franc maçon et ennemi de Pierre Laval, représentant du nouveau régime. En voici le résumé:

Mort d’un sénateur

Alors que le régime de Vichy vient de naître, l’inspecteur Joseph Dumont doit enquêter sur l’assassinat du sénateur Etienne Ferrand retrouvé le crâne défoncé dans une chambre d’hôtel. Vénérable franc-maçon, adversaire acharné de Pierre Laval, le sénateur représentait un adversaire potentiel pour le nouveau régime. Son intérêt pour la voiture révolutionnaire mise au point par Citroën ne serait-il pas l’origine d’une vaste opération d’espionnage industriel ?
Dévasté par la mort de sa femme enceinte renversée par un chauffard, l’inspecteur Dumont est confronté à une épuration violente menée par la Cagoule, bras armé du nouveau pouvoir. Il échappe à une ratonnade à Paris et son supérieur est assassiné en pleine rue. Dans cette période troublée où s’affrontent l’ombre et la lumière, Joseph Dumont devra choisir son camp.

Pascal Chabaud est professeur d’histoire et géographie.
Il nous livre ici un premier roman très abouti tant par la résolution de l’enquête que dans sa vocation historique.

Il peut paraitre risqué de proposer un roman politico-policier, le dosage doit être parfait afin de ne pas attirer que les érudits d’histoire, Pascal Chabaud a su le faire car si je vous dis que ce roman est une vraie source d’information et qu’il est parfaitement accessible, je ne vous mens pas, j’ai appris de nombreuses choses concernant cette date charnière pour la France, durant la Seconde Guerre Mondiale. Nous plonger au coeur de l’Auvergne qui était une zone libre, juste après une décision qui laissait croire au peuple que la guerre était perdue mais terminée, et nous faire vivre une enquête qui peut paraître en premier lieu assez anodine mais dont les raisons politiques vont rapidement se révéler, est une judicieuse idée. Joseph ainsi que tous les personnages qui gravitent autour de lui, qu’ils soient enquêteurs, suspects ou témoins sont tous passionnants à suivre et à découvrir, il faut dire que nous parlons là d’une époque où la légèreté n’était plus de mise depuis un moment, chaque vie, chaque action, chaque rencontre avaient une signification forte et importante. C’est au final une période de l’histoire et de la guerre qui est assez méconnue et Pascal Chabaud parvient à nous passionner pour ces quelques jours d’une période charnière, la fin de la troisième république. Entre Clermont, Vichy et Paris occupée par les Allemands, Joseph va mener une enquête assez mystérieuse qui sera émaillée par des récits poignants de réfugiés mais aussi par ses propres souffrances, car à l’horreur de la guerre et aux difficultés de l’occupation s’ajoutent les douleurs personnelles et intimes de Joseph.

J’ai été passionné d’un bout à l’autre de cette lecture et pourtant il me faut avouer que je ne suis pas une férue d’histoire, loin de là.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s