La Passe-Miroir, Tome 1, Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

Des mois que ce roman traîne dans la PAL mais ça valait le coup d’attendre pour finir l’année 2019 sur un véritable coup de cœur ! C’est ensemble, sous forme d’une lecture commune, que Magali et moi avons découvert l’univers de Christelle Dabos.

Lu en quelques jours, ce premier tome m’a autant transportée qu’Harry Potter il y a dix ans (oui, je n’étais déjà pas en avance). Je suis toujours admirative de ces auteurs qui ont une imagination aussi débordante. L’univers dans lequel nous évoluons ici n’a rien à voir avec le nôtre et pourtant, tout est clair, on n’est jamais perdus, ou bien c’est que l’héroïne s’est elle-même égarée. Chaque découverte que nous faisons explique un élément que nous avions croisé plus tôt et semble annoncer une prochaine énigme.

Le style est fluide, agréable et bien que qualifié de « roman jeunesse », ce récit est mené de mains de maître. Il n’a de « jeunesse » que cette dimension de fantasy et cet art de la narration qui vous colle à votre fauteuil et vous fait chercher la moindre minute pour lire la suite des aventures.

Des aventures dont voici le résumé :

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Les personnages sont passionnants. Ophélie, évidemment, dont les pouvoirs, la maladresse, la placidité nous la rendent attachante, d’autant qu’une vraie force de caractère émane d’elle, une force qu’elle semble se découvrir en même temps que nous la découvrons. Thorn est un personnage énigmatique sur lequel on se pose des questions du début à la fin de l’œuvre, sa personnalité froide, calculatrice et son évolution poussent le lecteur dans ses retranchements et j’avoue ne pas être aussi catégorique qu’Ophélie à son sujet à la fin de ce premier opus. Mais tous les autres personnages sont fascinants : Berenilde, dont on ne sait toujours pas dans quelle mesure elle est une alliée ou non ; Farouk dont on connaît que des rumeurs ; l’ambassadeur, froid, séduisant et calculateur aussi ; Gaëlle, Hildegarde, la tante Roseline et Renold, personnages positifs parfois drôles, mais souvent détenteurs de vérités et déclencheurs de révélations pour Ophélie ; même la grand-mère de Thorn est surprenante, sans parler du chevalier, petit enfant glaçant…

Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde au rythme des aventures de la Citacielle et Christelle Dabos a, très intelligemment, terminé ce premier tome au moment où le danger est à son paroxysme pour Ophélie. Comment va réagir Farouk ? Que contient le Livre ? Que va-t-il advenir de la grossesse ? Du mariage ? Que va-t-il se passer quand la famille d’Ophélie aura débarqué ? Que veut l’ambassadeur ? Que veulent vraiment Berenilde et Thorn ? Toutes ces questions m’ont évidemment conduite à me procurer de toute urgence le tome 2. Je vais quand même honorer les quelques engagements que j’ai déjà avant de poursuivre ma découverte de cet univers passionnant. En tout cas, si vous avez une panne de lecture ou si vous avez juste envie de vous remettre à dévorer une saga, La Passe-Miroir est idéale !

Priscilla

Le petit mot de Mag:

Me concernant le coup de coeur est tout aussi puissant que celui de Priscilla, je viens de lire sa chronique et le parallèle fait avec Harry Potter m’est immédiatement venu à l’esprit dès les premières pages. J’ai particulièrement aimé le fait que Christelle Dabos ne nous présente pas une héroïne d’une beauté époustouflante, comme souvent dans la fantasy ou la littérature qualifiée jeunesse. Ophélie est telle qu’elle est, avec ses qualités et défauts, qu’il soit physiques ou moraux, elle se soucie peu des apparances et c’est ce qui la rend si attachante. L’espoir est présent chez elle en permanence malgré les difficultés qu’elle rencontre, cette fille est forte et on la sent capable de tout. La fin de ce premier tome, comme le dit Priscilla est parfaite et vous vous doutez que la suite me tend les bras de façon assez irraisonnée! Mais je vais résister, quelques temps encore, car il faut absolument que je fasse durer ce plaisir de lecture. Gros coup de coeur donc pour terminer 2019 en beauté.

Mag

2 commentaires

  1. Le tome 4 vient de rejoindre ma PAL mais je ne lis pour l’instant que des mauvaises chroniques sur ce livre… Je suis du coup un peu frileuse alors que j’ai adoré les premiers tomes (surtout le 1 qui reste mon préféré !)

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s