La maison aveugle de Alex Reeve

Voici un roman très original, atypique et vraiment passionnant paru aux éditions Stéphane Marsan. Cette lecture est vraiment une belle découverte, une enquête riche et complexe totalement hors norme sous le charme de l’Angleterre à l’aube du 20ème siècle.

Tout tourne principalement autour de ce personnage: Léo Stanhope, né femme sous le prénom de Charlotte, Léo n’est pas une simple femme qui aime les femmes, il est un homme piégé dans le mauvais corps, du mauvais côté de la barrière, à une époque où la femme ne tient pas grande place face à l’homme! Une situation pas toujours facile à vivre de nos jours, imaginez donc ce qu’il pouvait en être en 1880. Léo vit son statut masculin à part entière, à partir de là le lecteur se demande où va le mener cette histoire, comment va t-il se passionner pour ce personnage soudain il se retrouve plonger dans une enquête qui gagne en rythme au fil de la lecture, des personnages qui semblent se mettre à vivre sous ses yeux non seulement physiquement mais aussi et surtout psychologiquement, à coup de caractères bien trempés, d’envies de grandeur et de richesse ou tout simplement de d’existences simples.

Léo est prêt à de nombreux sacrifices afin d’être enfin lui-même, nous apprenons ainsi, par des retours dans le passé, quel a été le déclic, nous sommes amenés à le découvrir fil à fil et il devient un homme attachant qui au final pourrait être l’être humain parfait ou ce qui s’en rapproche le plus en alliant les qualités masculines et féminines.

Un constat de la société, de la condition de la femme, des préjugés et des difficultés à être différent à la fin du 19ème siècle, qui permet une comparaison avec notre vie moderne où les écarts hors du chemin classique ne sont pas toujours accepté, malgré les 140 ans écoulés!

Mais aussi et surtout, une enquête passionnante et surprenante où chaque découverte embarque le lecteur dans un Londres sombre, humide et poisseux où les souffrances des uns permettent le bonheur des autres. Une superbe découverte qui m’a transportée hors de ma zone de confort littéraire et je dois avouer que j’adore cela.

http://www.stephanemarsan.fr

4ème de couverture:

« En sous-vêtements, je n’avais pas grand-chose d’un garçon, il me manquait les formes de rigueur. Lorsque je fermais les yeux, je sentais les atouts qui auraient dû être les miens : la largeur des épaules, la puissance des cuisses, le poids du membre entre mes jambes. Lorsque je les rouvrais, j’étais toujours le même, un brouillon d’homme dessiné par un enfant, informe, dénué de force, privé des attributs élémentaires d’un homme. »

Londres, 1880. Leo Stanhope, assistant d’un médecin légiste et fervent joueur d’échecs, cache un lourd secret. En effet, Leo est né Charlotte, fille d’un pasteur respectable. Persuadé d’être un homme au plus profond de lui, et incapable de vivre plus longtemps dans le mensonge, il fuit sa famille dès l’âge de quinze ans, pour s’affirmer en tant qu’homme. Lorsqu’il se voit accusé du meurtre de la femme qu’il aime, Leo est prêt à tout pour retrouver le coupable. Ce faisant, il prend le risque de perdre, en plus de celle qu’il aimait, sa liberté, et peut-être même sa vie.

Alex Reeve est né à Twickenham et vit dans le Buckinghamshire. Il a travaillé dans la publicité et enseigné l’anglais comme langue étrangère à Paris. Il est chargé de cours à l’université et prépare une thèse de doctorat.

1 commentaire

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s