La confrérie des louves de Florence Rhodes

Attention grosse pépite chez les Editions du Caïman, je vous ai, à de nombreuses reprises parlé de leurs parutions, cette fois encore c’est une superbe découverte.

Un polar extrêmement bien mené. On ne choisit pas sa famille mais on peut choisir ses ami(e)s, c’est ce qu’ont fait Maud, Clara, Denise et Clémence. Le mari de Denise est assassiné un soir où nos quatre amies inséparables dinent entre elles, un suspect affirme que l’une d’entre elles était sur place, elles sont donc toutes dans la ligne de mire de la police . A partir de là, une enquête absolument passionnante va être menée, le lecteur va vivre une véritable découverte des suspects et de leurs histoires, des témoins que ce soit au sein de ce quatuor amical ou auprès de leurs enfants et conjoints, de leurs amis et il va comprendre que tout n’est pas si rose que le tableau de départ peut le laisser supposer.

De révélations, des mensonges, des épouses qui vénèrent leurs maris, des parents qui négligent leurs enfants, Florence Rhodes nous narre les petits secrets entre amis, qui mis bout à bout donnent une histoire dont je me suis délectée de la première à la dernière page.

Un équipe de flics qui mènent l’enquête tout en vivant leurs propres vies avec des hauts et des bas, leurs propres souffrances. Des personnages retors, pour certains, mais avant tout une amitié forte qui prête à tous les sacrifices, toutes les erreurs, tous les mensonges. Maud, Clara, Denise et Clémence ont chacune leur histoire, mais elles se connaissent toutes depuis l’enfance et n’ont donc au final pas de secrets les unes pour les autres, quoique… Un très bon polar, à la plume fluide et plaisante, des sourires que dessinent sur mes lèvres certaines répliques de ce flic un peu à part qu’est le commandant Hamelin. Je ne peux donc que vous conseillez de rapidement vous jeter sur cette lecture, dont vous me donnerez des nouvelles.

« -Vous écoutez ce que je vous dis? C’était le mari d’une amie! Vous couchez avec les amies de votre femme, vous?

-D’une part, cela ne vous regarde pas. Ensuite, vous n’avez pas répondu à la question. Alors si vous ne voulez pas que cet entretien prenne la journée, va falloir laisser tomber vos numéros de petite fille perdue , de femme fatale, et tant qu’on y est, de vierge offensée , parce qu’on a pas que ça à faire. »

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s