Le Voyage de Ludwig de Julien Jouanneau

Ce roman, qui paraît aujourd’hui, est d’une grande originalité. Il raconte l’itinéraire de Ludwig, un chien qui part à la poursuite de sa maîtresse Hannah, arrêtée et déportée par les Crieurs, les SS. Le voilà donc sur les routes européennes, de Paris à la Pologne avec, en ligne de mire, le doux visage de sa maîtresse mais, en obstacles, les hommes, la haine, la mort…

photomania-cdd71bdaca6438d3cca60a86a0cd7595

C’était un pari un peu fou que de donner à lire cette sombre période à travers les yeux d’un animal. On se reconnaît souvent dans les pensées de Ludwig, nous qui ne pouvons comprendre non plus ce déferlement de haine injustifiée, de violence incommensurable, ce fanatisme qui sacralisait Hitler en dépit du bon sens. L’amour qui lie la maîtresse et son animal est vraiment touchant, ils se protègent l’un l’autre même si cela les conduit à leur perte, peu importe tant qu’ils sont ensemble.

Bien que cette histoire ne s’appuie pas sur des faits historiques précis, l’ambiance de l’Europe occupée m’a semblé fidèle à ce que j’en connaissais. Des hommes qui tentent de ne pas se frotter aux nazis, d’autres qui ont embrassé leurs croyances (car oui, on peut presque parler de divinité), certains qui essaient de s’en sortir, d’autres qui utilisent des stratégies peu scrupuleuses pour faire du bénéfice, des innocents massacrés, des chiens dressés et abrutis pour le culte du Führer, des cadavres jetés aux animaux, des animaux tués pour être mangés… Je crois que tout cela est réaliste, malheureusement, à défaut d’être réel et encore une fois, je me suis sentie triste et révoltée à la lecture de certaines scènes, d’une violence physique ou psychologique absolument inhumaine.

Toutefois, malgré ces nombreux points positifs, je n’ai pas adhéré à ce récit. J’ai lu les « Notes de l’auteur » qui précisent que les qualités et capacités prêtées à Ludwig ont été déjà avérées chez un chien ou un autre, mais là non, c’est trop. Ludwig sait reconnaître les mots, passe encore, mais qu’il sache lire « Attention » sur un panneau, je n’y arrive pas. Qu’il soit capable de tisser des liens avec ses semblables et d’échanger avec eux sur leur passé grâce aux odeurs, oui évidemment, mais qu’il arrive à revivre une scène vieille de plusieurs mois et à laquelle il n’a pas assisté, en reniflant sa compagne qui dort, non, je n’y crois plus.

Je sais bien que nous ignorons encore beaucoup de choses sur le fonctionnement de la psychologie de nos amis les bêtes et j’accepte de penser qu’ils sont fidèles, profondément loyaux et aimants, mais je reste sceptique quand on étend leurs performances trop loin.

En bref, c’est une histoire qui ne m’a pas déplu et qui aurait pu être une vraie réussite si certains passages ne m’avaient pas fait décrocher et lever les yeux au ciel. Ceci dit, on ne peut pas tout aimer, et heureusement ! Rien ne vous empêche de vous faire votre propre avis, c’est un texte qui se lit sans aucun problème, très riche et bien écrit.

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)

3 commentaires

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s