Jusqu’à ce que ta mort nous sépare de Amanda Reynolds

Je termine ma première lecture des éditions Mazarine que je découvre donc, je dois d’abord vous dire concernant ce roman que si vous cherchez l’action, les rebondissements à foison, ce n’est pas ici que vous les trouverez. Ce roman est à 100% un drame psychologique mais attention pas n’importe lequel, l’intrigue repose entièrement sur Joanne alias Jo, une mère de famille aisée dont la vie bascule, et c’est peu dire, suite à une chute.

Imaginez votre trouble si vous perdiez une année entière de souvenirs, si vous perdiez douze mois de votre vie et de celle de vos proches, tout  a changé mais c’est comme si vous n’y aviez pas assisté. Joanne va donc remettre en doute tout ce que son entourage lui dit, normal puisqu’elle n’en a aucun souvenir, là démarre sa tentative de retrouver sa mémoire, ses souvenirs, ses sensations, sa vie tout simplement. Elle peut agacer par moment Jo, mais son entourage également, on vit cette lecture comme elle, dans le brouillard, dans le flou, que s’est-il réellement passé durant cette année, pourquoi tout le monde semble lui cacher quelque chose. Joanne est perdue entre réalité et cauchemars, le traumatisme de sa chute lui a t-il laissé des séquelles au point qu’elle ne sache plus faire la distinction entre les deux?

Comme je vous le disais en commençant cette chronique, de la psychologie pure et dure, mais savamment menée, avec un terrible talent  pour que le lecteur ne sache plus lui non plus le vrai du faux, l’imaginaire, des personnages troubles, difficiles à cerner à tel point qu’on ne sait pas si on les aime ou les déteste. Tous les ingrédients souhaités dans ce type d’ouvrage sont ici présents, un véritable tourbillon de sensations, de la confusion, du désir, des regrets, des montagnes russes émotionnelles.

Une traduction de l’anglais (Royaume-uni) très soignée par Dominique Haas.

Résumé:
Imaginez que vous vous réveillez un matin – et que les derniers 365 jours de votre vie ont disparu. Il n’’y a qu’’une seule personne à qui vous faites confiance. Mais dit-elle la vérité ?

Joanne, femme au foyer de 55 ans, se réveille à l’’hôpital blessée à la tête après une mauvaise chute dans l’’escalier. Pourquoi ne se souvient-elle de rien, et surtout pas de l’’année passée ? Tout lui paraît étrange. Pire : son mari semble à tout prix vouloir lui cacher quelque chose, et ses enfants sont plus distants que jamais.
Alors que les cauchemars se multiplient, Jo est en proie à des réminiscences : un inconnu, puis deux, hantent bientôt ses rêves.
Au fil de son enquête, elle découvre avec effroi qu’’il n’’y a rien de plus trompeur que les apparences. Et une question la préoccupe : serait-il possible que Jo ne soit pas la mère et épouse modèle qu’elle pensait être ?


3 commentaires

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s