La petite fille du phare de Christophe Ferré

IMG_20181101_121522.jpg

Je viens vous parler aujourd’hui d’un roman que l’on voit beaucoup circuler sur les réseaux, les blogs etc… Il paraissait logique que je vienne à mon tour vous donner mon avis sur ce roman dont la couverture est tout simplement superbe.

Je dois être franche, car ce n’est pas le coup de foudre à tous les coups, que ce livre m’a quelque peu surprise, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans cette histoire d’enlèvement d’enfant dont les parents ne semblent rien ressentir.

Pas d’attachement, pas d’empathie, donc, j’essaie de poursuivre ma lecture en faisant abstraction de cela et en ne me focalisant que sur l’enquête. De ce côté-là, les rebondissements sont au rendez-vous, dès le début, des pistes s’ouvrent, des suspects se profilent, des mystères demandent à s’éclaircir. Une intrigue qui tient vraiment la route.

Un bon rythme, une écriture fluide et une description de lieu qui nous plonge dans la beauté de la côte de granit rose et nous transporte sur les plus belles plages de la Manche.

Je vous laisse donc vous faire votre propre opinion de ce roman de Christophe Ferré, dont je regrette le manque de sentiments, l’absence de fusion avec les personnages qui aurait donné la touche magique à ce roman policier auquel il manque définitivement quelque chose.

La petite fille du phare


Résumé:

Le temps d’une soirée dans un pub tout proche de leur villa située sur la côte de granit rose de Ploumanac’h, Morgane et Elouan ont laissé la garde de leur fille de 10 jours, Gaela, à son frère adolescent, Arthur.
Mais au retour, un berceau vide les attend.
Aucune trace d’effraction, pas de demande de rançon. À la douleur de la disparition, s’ajoute la violence du soupçon de la gendarmerie. Morgane est une mère déjà éprouvée par la perte d’un enfant, Elouan, un père souvent absent…
Les pistes se multiplient mais l’enquête n’avance pas.
Pourtant, près d’un mois plus tard, le miracle : Gaela est rendue à ses parents. Le soulagement l’emporte sur l’incompréhension.
Sauf pour Arthur, convaincu que ce bébé n’est pas sa sœur…

2 commentaires

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s