Eragon de Christopher Paolini

eragonVous vous en doutez, Eragon, ce n’est ni un service presse, ni un classique, c’est juste LE premier (et sûrement pas le dernier) roman que j’ai lu sur les conseils de Mag. Je l’ai commencé il y a un moment, avant même de me lancer dans cette merveilleuse aventure du blog. Ma lecture a donc été entrecoupée par toutes celles que je vous ai présentées depuis mon arrivée. Mais ça y est, j’ai fini le premier tome (presque 700 pages tout de même) !

Que dire de ce roman tellement connu et encensé ? D’abord, chapeau bas à l’auteur, extrêmement jeune, quand il s’est lancé dans cette saga. On y trouve tout ce que l’on aime dans la Fantasy. Pour moi, grande fan d’Harry Potter, j’y ai vu de nouveau la magie, l’amitié, la formation d’un héros, mais surtout, j’ai été absolument éblouie par la richesse de l’univers dépeint ici. Les lieux, les noms propres, la diversité des créatures, la langue et la complexité de l’intrigue sont tels qu’il faut vraiment s’accrocher pour ne pas perdre en chemin de précieuses informations (celles-là mêmes qui ne sont pas dans le film et qui ont bloqué la réalisation d’un deuxième volet cinématographique).

A l’issue de ce premier tome, on se pose presque plus de questions qu’au début. Evidemment, il reste pleins de fils à remonter pour se rendre compte de l’immensité de la toile, mais on sent déjà toute l’étendue du génie de cet auteur adolescent.

Très peu de manichéisme ici : tous les personnages sont doubles, les bons comme les mauvais ; chacun a une histoire, qu’il ne divulgue pas, qu’il transforme, à défaut de pouvoir la taire. Comme Eragon lui-même, nous comprenons les tenants et les aboutissants par bribes. La relation qui se construit tout au long du roman entre Saphira et le dragonnier est vraiment belle et prenante, c’est celle qui est le plus travaillée évidemment, et la seule qui, en ce qui me concerne, m’ait vraiment émue. Les tomes suivants permettent peut-être de s’attacher davantage aux personnages, cela gagnerait en intensité (notamment au niveau des émotions), parce que, pour les actions par contre… la fin, notamment, est assez spectaculaire !

Seul bémol à ce grand roman d’aventures : quelques longueurs lors des nombreuses errances d’Eragon, Brom et Murtagh. Certes, ils doivent se cacher et se préparer à se défendre tout en traversant des territoires plutôt hostiles, mais justement, peut-être trop de territoires à mon goût, trop de routine, quelques répétitions. Il n’en reste pas moins que ce roman offre à ses lecteurs tout ce que la fantasy a de plus beau : du rêve, de l’évasion, de la magie, de la violence, de l’amour…

Evidemment, j’ai très envie de lire la suite ! Evidemment, ça ne viendra pas tout de suite : ma triple vie de Maman, de prof et de blogueuse – passionnante elle aussi – ne me le permet pas. Mais promis, j’y viendrai, lors d’un moment d’accalmie. Merci Mag pour ce bon conseil !!!

Priscilla (@Priss0904)

Résumé de l’intrigue : Eragon mène une vie simple, jusqu’au jour où il ramasse dans la forêt une étrange pierre bleue. Le garçon découvre qu’il s’agit d’un œuf et assiste bientôt à la naissance… d’un dragon ! En décidant de l’élever, il devient Dragonnier, héritier d’une caste d’élite que le terrible roi Galbatorix veut éliminer. Eragon n’a que seize ans, mais le destin du royaume de l’Alagaesia est entre ses mains.

1 commentaire

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s