Un été d’orage de Corinne Javelaud

 

couv TH Insoumise de Carennac SEBUn été d’orage – City Editions – Terres d’Histoires

J’ai une affection toute particulièrement pour Les éditions Terres d’histoires, j’ai à plusieurs reprises eu l’occasion d’en parler sur le blog, et je n’ai jamais été déçu.

Me voilà donc avec une de leur toute dernière parution.

Je découvre Corinne Javelaud avec ce titre. Une période que j’affectionne particulièrement et le tour est joué, je me lance dans ce roman sans hésitation.

Eulalie est une femme magnifique et bien qu’elle en soit tout à fait consciente, elle n’utilise pas cet avantage, comme devaient le faire beaucoup sous l’occupation Allemande. pourtant tous les regards se tournent sur son passage, elle ne passe pas inaperçu même si tel est son souhait.

Elle essaie de survivre pour elle et sa fille depuis que son mari est porté disparu. Elle est forte et obstinée et vit relativement mal les épreuves que la vie met sur son chemin et ce que la situation l’oblige à faire.

C’est un roman en deux parties à deux époques différentes. j’ai trouvé la secondes partie davantage dans l’émotion, vous comprendrez et lisant le livre biensûr. Eulalie est forte et peut sembler dure, mais l’époque et la situation justifie en grande partie cette attitude, je l’ai compris en avançant dans ma lecture. 

Un roman très intéressant, documenté et donc instructif sur cette période de l’histoire, des détails que l’on trouve rarement dans les romans autres que purement historiques.

Un très agréable moment  de lecture.

Résumé:

Paris 1942. Dans la capitale occupée, Eulalie Fontanel tente de survivre. En acceptant de devenir danseuse aux Folies Bergère pour nourrir sa fille Beata, elle a l’impression de trahir son mari qui a été envoyé au front. La jeune femme se sent prisonnière de ce Paris occupé où elle côtoie les lieux les plus huppés et les bureaux clandestins qui organisent le marché noir. Le pire, c’est d’avoir attiré l’attention de Lubin Von Baden, un mystérieux officier de l’armée allemande qui la poursuit de ses assiduités.
Alors, pour son bien et celui de sa fille, elle décide de fuir et se réfugier chez des cousins en Charente. Mais, cela ne suffit pas à éloigner l’officier allemand qui s’est transformé en dangereux prédateur. Dix ans plus tard, Beata tente de découvrir les secrets de cette époque troublée où sa mère tentait d’échapper aux orages de la guerre.
Entre Paris et la Charente, une femme et sa fille dans les tourments de la guerre.

 

3 commentaires

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s